Cabbale.org

Eliphas Lévi archives online

Textes et citations d'Eliphas Lévi.

Textes d’Eliphas Lévi en online archives


Les meilleurs extraits des textes de ce rénovateur de l’occultisme moderne qu’était Alphonse-Louis Constant, dit Eliphas Lévi.



Lettre sur la magie d’Eliphas Lévi

Eliphas lévi cabbale et magie

Le sens cahant de la Cabbale, (kabbale,cabale,qabalah)


(JPG) rolégomènes généraux.

Monsieur et Frère,

Je puis vous donner ce titre, puisque vous cherchez la vérité dans la sincérité de votre coeur et que pour la trouver vous êtes prêt à des sacrifices.

La vérité, étant l’essence même de ce qui est, n’est pas difficile à trouver : elle est en nous et nous sommes en elle. Elle est comme la lumière et les aveugles ne la voient pas.

L’Être est. Cela est incontestable et absolu. L’idée exacte de l’Être est vérité ; sa connaissance est science ; son expression idéale est la raison ; son activité, c’est la création et la justice.

Vous voudriez croire, dites-vous. Pour cela, il suffit de savoir et d’aimer la vérité. Car la vraie foi, c’est l’adhésion inébranlable de l’esprit aux déductions nécessaires de la science dans l’infini conjectural.

Les sciences occultes donnent seules la certitude, parce qu’elles prennent pour bases les réalités et non les rêves.

Elles font discerner dans chaque symbole religieux la vérité et le mensonge. La vérité est la même partout, et le mensonge varie suivant les lieux, les temps et les personnes.

Ces sciences sont au nombre de trois : la cabbale (Kabbale, cabale qabbal), la Magie et l’hermétisme

La cabbale (Kabbale, cabale qabbal), ou science traditionnelle des Hébreux pourrait s’appeler les mathématiques de la pensée humaine. C’est l’algèbre de la Foi. Elle résout tous les problèmes de l’âme comme des équations, en dégageant les inconnues. Elle donne (La cabbale (Kabbale, cabale qabbal), aux idées la netteté et la rigoureuse exactitude des nombres ; ses résultats sont pour l’esprit l’infaillibilité (relative, toutefois, à la sphère des connaissances humaines) et la paix profonde pour le coeur.



Lettre sur la magie d’Eliphas Lévi

Magie et hermétisme par Eliphas Lévi

Le sens cahant de la Cabbale, (kabbale,cabale,qabalah)


(JPG) agie et Hermétisme.

La Magie ou science des mages a eu pour représentants dans l’antiquité les disciples et peut-être mes maîtres de Zoroastre. C’est la connaissance des lois secrètes et particulières de la nature qui produisent les forces cachées, les aimants, soit naturels, soit artificiels qui peuvent exister en dehors même du monde métallique. En un mot, et pour employer une expression moderne, c’est la science du magnétisme universel.

L’Hermétisme est la science de la nature cachée dans les hiéroglyphes et les symboles de l’ancien monde. C’est la recherche du principe de vie avec le rêve (pour ceux qui n’y sont pas encore arrivés) de l’accomplissement du grand oeuvre, la reproduction par l’homme du feu naturel et divin qui crée et régénère les êtres.

Voilà, Monsieur, les choses que vous désirez étudier. Le cercle en est immense, mais les principes en sont si simples qu’ils sont représentés et contenus dans les signes des nombres et dans les lettres de l’alphabet. « C’est un travail d’Hercule qui ressemble à un jeu d’enfants », disent les maîtres de la sainte science.

Les dispositions pour réussir dans cette étude sont une grande rectitude de jugement et une grande indépendance d’esprit. Il faut se défaire de tout préjugés et de toute idée préconçue, et c’est pour cela que le Christ disait : « Si vous ne vous présentez pas avec la simplicité de l’enfant, vous n’entrerez pas dans le royaume de la science . »

Nous commencerons par La cabbale (Kabbale, cabale qabbalah), dont voici (dans la tradition hébraïque) la division : Béréchith, Mercavah, Gématrie et Lemurah.

Tout à vous en la sainte science.



Tarot et Cabbale

Le Tarot par Eliphas Lévi

Cabbale, cabale, kabbale, qabbalah et tarot


(JPG) AROT I.

  • Par Eliphas Lévi.

Nous avons parlé avec une certaine étendue, dans notre livre intitulé : Dogme et rituel de la haute magie, d’un monument hiéroglyphique conservé jusqu’à notre temps sous un prétexte futile et qui seul explique toutes les écritures mystérieuses de la haute initiation.

Ce monument est le Tarot des bohémiens qui a donné naissance à nos jeux de cartes. Il se compose de vingt-deux lettres allégoriques et de quatre séries de chacune dix hiéroglyphes relatif aux quatre lettres du nom de Jéhovah. Les combinaisons diverses de ces signes et des nombres qui leur correspondent forment autant d’oracles kabbalistiques, en sorte que la science entière est contenue dans ce livre mystérieux. Cette machine philosophique parfaitement simple étonne par la profondeur et la justesse de ses résultats.

Tarot et tourneurs de tables.

Les tourneurs de tables et ceux qui font parler les esprits avec des cadrans alphabétiques sont donc arriérés de bien des siècles et ne savent pas qu’il existe un instrument à oracles toujours clairs et d’un sens parfaitement juste, au moyen duquel on peut communiquer avec les sept génies des planètes et faire parler à volonté les soixante-douze roues d’Aziah, de Jézirah et de Briah.

Il suffit pour cela de connaître le système des analogies universelles, tel que l’a exposé Swedenborg dans la clé hiéroglyphiques des arcanes, puis de mêler ensemble les cartes et de tirer au hasard, en les assemblant toujours par les nombres correspondants aux idées dont on désire l’éclaircissement, puis de lire les oracles comme doivent être lues les écritures kabbalistiques, c’est-à-dire en commençant au milieu et en allant de droite à gauche pour les nombres impairs, en commençant à droite pour les pairs et en interprétant successivement le nombre par la lettre qui lui correspond, l’assemblage des lettres par l’addition de leurs nombres et tous les oracles successifs par leur ordre numéral et leur relation hiéroglyphiques.



Tarot et Cabbale

Tarot et superstition par Eliphas lévi II

Cabbale, cabale, kabbale, qabbalah et tarot


(JPG) AROT II.

Tarot et superstitions.

Cette opération des sages kabbalistes, pour trouver le développement rigoureux des idées absolues, a dégénéré en superstitions chez les prêtres ignorants et nomades ancêtres des Bohémiens qui possédaient le Tarot au moyen-âge, sans savoir le véritable emploi et s’en servaient uniquement pour dire la bonne aventure

Les jeux dérivés du Tarot.

Le jeu d’échecs, attribué à Palamède, n’a pas une autre origine que le Tarot, et l’on y retrouve les mêmes combinaisons et les mêmes symboles, le roi la reine, le cavalier, le soldat, le fou, la tour, puis des cases représentant des nombres. Les anciens joueurs d’échecs cherchaient sur leur échiquier la solution des problèmes philosophiques et religieux, et argumentaient l’un contre l’autre en silence en faisant manoeuvrer les caractères hiéroglyphiques à travers les nombres. Notre vulgaire jeu de l’oie, renouvelé des Grecs et attribué également à Palamède, n’est qu’un échiquier à figures immobiles et à nombres mobiles au moyen des dés. C’est un Tarot disposé en roue à l’usage des aspirants à l’initiation. Or, le mot Tarot, dans lequel on trouve rota et tora, exprime lui-même, comme la démontré Guillaume Postel, cette disposition primitive en forme de roue

Hiéroglyphes et Tarot.

Les hiéroglyphes du jeu de l’oie sont plus simples que ceux du Tarot, mais on y retrouve les mêmes symboles : le bateleur, le roi, la reine, la tour, le diable ou typhon, la mort, etc... Les chances aléatoires de ce jeu ( le Tarot) représentent celles de la vie et cachent un sens philosophique assez profond pour faire méditer les sages et assez simple pour être compris par les enfants.

Hermès et le Tarot.

Le personnage allégorique de Palamède est d’ailleurs identique à ceux d’Hénoc, d’Hermès et de cadmus, auxquels on attribue l’invention des lettres dans les diverses mythologies. Mais dans la pensée d’Homère, Palamède, le révélateur et la victime d’Ulysse, représente l’initiateur ou l’homme de génie dont la destinée éternelle est d’être tué par ceux qu’il initie. Le disciple ne devient la réalisation vivante des pensées du maître qu’après en avoir bu le sang et mangé la chair suivant l’énergique et allégorique expression de l’initiateur si mal compris des chrétiens.



Hénoch, Hermès et le tarot

Tarot cabbale d’Hermès-Thot

Tarot et cabbale


(JPG) e Tarot la Bible d’Hermès.

  • Lettre d’Eliphas Lévi au Docteur Gérard Encausse dit Papus.

Monsieur et Frère,

La Bible donne à l’homme deux noms. Le premier, c’est Adam, qui signifie tiré de la terre ou homme de terre ; le second, c’est Enos ou Hénoch, qui signifie homme divin élevé jusqu’à Dieu. Suivant la genèse, c’est Enos qui le premier adressa des hommages publics au principe des êtres, et cet Enos, le même qu’Hénoch, fut, dit-on, enlevé vivant au ciel après avoir gravé sur deux pierres qu’on nomme les colonnes d’Hénoch les éléments primitifs de la religion et de la science universelle.

Hénoch et le Tarot.

Cet Hénoch n’est pas un personnage, c’est une personnification de l’humanité élevée au sentiment de l’immortalité par la religion et la science. A l’époque désignée par le nom d’Enos ou d’Hénoch, le culte de Dieu apparaît sur la terre et le sacerdoce commence. Là aussi commence la civilisation avec l’écriture et les mouvements hiératiques.

Le Tarot et les Egyptiens.

Le génie civilisateur que les Hébreux personnifient dans Hénoch, les Egyptiens l’ont nommé Trismégiste, et les Grecs Kadmos ou Cadmus, celui qui, aux accords de la lyre d’Amphion, vit s’élever et se ranger d’elles-mêmes les pierres vivantes de Thèbes.

Tarot livre sacré.

Le livre sacré primitif ( le Tarot), le livre que Postel appelle la genèse d’Hénoch, et la source première de Kabbale ou tradition à la fois divine et humaine, à la fois religieuse. Là nous apparaît dans toute sa simplicité la révélation de l’intelligence suprême à la raison et à l’amour de l’homme, la loi éternelle réglant l’expansion infinie, les nombres dans l’expansion infinie, les nombres dans l’immensité et l’immensité dans les nombres, la poésie dans les mathématiques et les mathématiques dans la poésie.

Tarot et jeu de cartes.

Qui croirait que le livre inspirateur (le Tarot) de toutes les théories et de tous les symboles religieux nous ait été conservé et soit parvenu jusqu’à nous sous la forme d’un jeu composé de cartes bizarres ?

Rien n’est plus évident cependant, et Court de Gibelin, suivi depuis par tous ceux qui ont étudié sérieusement le symbolisme de ces cartes (le Tarot), a été au siècle dernier le premier à découvrir.

Les Arcanes du Tarot.

L’alphabet et les dix signes des nombres, voilà certes ce qu’il y a de plus élémentaire dans les sciences. Joignez-y les signes des quatre points cardinaux du ciel ou des quatre saisons, et vous avez le livre d’Hénoch (le Tarot) tout entier. Mais chaque signe représente une idée absolue ou, si vous voulez essentielle.

La forme de chaque chiffre et de chaque lettre a sa raison mathématique et sa signification hiéroglyphique. Les idées, inséparables des nombres, suivent, en s’additionnant ou se divisant ou se multipliant, etc., le mouvement des nombres et en acquièrent l’exactitude. Le livre d’Hénoch (le Tarot) est enfin l’arithmétique de la pensée.

Tout à vous en la sainte science.



Citations livre 1

Citations livre d’Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre I

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 1

Dieu c’est ce que nous apprendrons éternellement à connaître. C’est par conséquent ce que nous ne saurons jamais.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 2

Le domaine du mystère est donc un champ ouvert aux conquêtes de l’intelligence. On peut y marcher avec audace, jamais on n’en amoindrira l’étendue, on changera seulement d’horizons. Tout savoir est le rêve de l’impossible, mais malheur à qui n’ose pas tout apprendre, et qui ne sait pas que pour savoir quelque chose il faut se résigner à étudier toujours !

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 3

On dit que pour bien apprendre il faut oublier plusieurs fois.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 4

Les croyances isolées ne sont que des doutes : c’est le lien de la confiance mutuelle qui fait la religion en créant la foi.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 5

Le doute est d’ailleurs mortel à la foi ; elle sent que l’intervention de l’être divin est nécessaire pour combler l’abîme qui sépare le fini de l’infini, et elle affirme cette intervention avec tout l’élan de son coeur, avec toute la docilité de son intelligence.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 6

Croire et savoir sont deux termes qui ne peuvent jamais se confondre. Je crois parce que c’est absurde, credo quia absurdum.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 7

Le doute est la force équilibrante de la foi et il en fait tout le mérite.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 8

La foi, et, par conséquent l’espérance et l’amour sont si libres que l’homme, loin de pouvoir les imposer aux autres, ne se les impose pas à soi-même.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 9

Raisonner sur la foi, c’est déraisonner, puisque l’objet de la foi est en dehors de la raison. Si j’en étais sûr, je ne le croirais pas, je le saurais !

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 10

L’analogie était le dogme unique des anciens mages. Dogme vraiment médiateur, car il est moitié scientifique, moitié hypothétique, moitié raison et moitié poésie. Ce dogme a été et sera toujours générateur de tous les autres.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 11

Qu’est-ce que l’Homme-Dieu ? C’est celui qui réalise dans la vie la plus humaine l’idéal le plus divin.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 12

Nos jugements, en matière de foi, s’appliquent à nous-mêmes, il nous sera fait comme nous aurons cru. C’est-à-dire que nous nous faisons nous-mêmes à la ressemblance de notre idéal.

Citation d’Eliphas Lévi livre I : 13

Expie maintenant ta gloire, Ô Prométhée !



Citations livre 2

Citations et livre : rêves par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi Livre II.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 14

Un jour nous nous éveillerons enfin des rêves pénibles d’une vie tourmentée, l’oeuvre de notre épreuve sera finie, nous serons assez forts contre la douleur pour être immortels.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 15

L’Homme est l’amour dans l’intelligence, la Femme est l’intelligence dans l’amour.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 16

La Loi est une épreuve de courage.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 17

Aimer la vie plus qu’on ne craint les menaces de la mort, c’est mériter la vie. Les élus sont ceux qui osent ; malheur aux timides !

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 18

La liberté n’est pas licence : car la licence c’est la tyrannie.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 19

Dieu avait donné aux esprits la lumière et la vie, puis il leur a dit : Aimez. Qu’est-ce qu’aimer ? répondirent les esprits. Aimer, c’est se donner aux autres, répondit Dieu.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 20

Le droit isolé est le père de la servitude Le devoir c’est le dévouement, le droit c’est l’égoïsme. Le Devoir c’est le sacrifice, le droit c’est la rapine et le vol. Le devoir c’est l’amour, et le droit c’est la haine.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 21

Croire à la Vérité suprême ce n’est pas la définir, et déclarer qu’on y croit c’est reconnaître qu’on l’ignore.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 22

O homme ! dis-moi ce que tu espères, et je te dirais ce que tu vaux.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 23

Avoir peur de Dieu ! quel Blasphème !

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 24

La prière n’est pas un bruit qui frappe l’oreille, c’est un silence qui pénètre le coeur.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 25

Voulez-vous être bons, soyez justes ; voulez-vous être justes, soyez libres !

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 26

Les vices qui rendent l’homme semblable à la brute, sont les premiers ennemies de sa liberté.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 27

Car, sachons-le bien, l’expiation est renfermée dans le péché.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 28

Adam et Eve ne sont que les types primitifs de l’humanité ; le serpent qui tente, c’est le temps qui éprouve ; l’arbre de la science, c’est le droit, l’expiation par le travail, c’est le devoir.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 29

Le Christ c’est le devoir réel qui proteste éternellement contre le droit imaginaire. C’est l’émancipation de l’esprit qui brise la servitude de la chair. Ils prient comme ils dorment et ils sacrifient comme ils mangent. Ce sont des machines à pain, à viande, à vin, et à paroles vides de sens. Et lorsqu’ils se réjouissent, comme l’huître au soleil, d’être sans pensée et sans amour, on dit qu’ils ont la paix de l’âme.

Citation d’Eliphas Lévi Livre II : 30

Les prophètes sont des solitaires, car c’est leur destinée de n’être jamais écoutés.



Citations livre 3

Citations et livre : hommes par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre III.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 31

Le plus mauvais des hommes c’est celui qui se croit meilleur que les autres.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 32

Que chacun prie suivant son rite et communie avec les siens, mais ne condamnez pas les autres.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 33

Tout homme qui meurt pour une idée est un martyr, car chez lui les aspirations de l’esprit ont triomphé des frayeurs de l’animal.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 34

Qu’est-ce qu’un crime ? C’est l’exagération d’un droit.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 35

Or ce qui doit vous être repris un jour n’est pas réellement à vous. Cela ne vous a été que prêté.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 36

Protester contre la violence par la violence, c’est la justifier et la forcer de se reproduire.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 37

Ne dites pas que la civilisation est mauvaise ; car elle ressemble à la chaleur humide qui mûrit les moissons.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 38

Heureux les coeurs purs et simples qui ne se croient meilleurs que personne !

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 39

L’Être est vivant avec intelligence, et l’intelligence vivante de l’Être absolu, c’est Dieu.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 40

Aveugles ceux qui ne voient pas que la lumière physique n’est que l’instrument de la pensée ! La pensée seule voit la lumière et la crée en l’employant à ses usages.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 41

La nature nous soumet au sommeil pour nous habituer à l’idée de la mort, et nous avertit par les rêves de la persistance d’une autre vie.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 42

Le vrai prodige éclatant aux yeux de tous, c’est l’harmonie toujours constante des effets et des causes : ce sont les splendeurs de l’ordre éternel !

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 43

La substance une qui est ciel et terre, c’est-à-dire suivant ses degrés de polarisation, subtile ou fixe. Cette substance est ce qu’Hermès Trismégiste appelle le grand Telesma. Lorsqu’elle produit la splendeur, elle se nomme lumière. C’est cette substance que Dieu crée avant toute chose lorsqu’il dit : Que la lumière soit ! Elle est à la fois substance et mouvement. C’est un fluide et une vibration perpétuelle. La force qui la met en mouvement et qui lui est inhérente se nomme magnétisme. Dans l’infini, cette substance unique est l’éther ou la lumière éthérée. Dans les astres qu’elle aimante, elle devient lumière astrale. Dans les êtres organisés, lumière ou fluide magnétique.. Dans l’homme, elle forme le corps astral ou le médiateur plastique...

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 44

La volonté des êtres intelligents agit directement sur cette lumière et, par son moyen, sur toute la nature soumise aux modifications de l’intelligence.

Citation d’Eliphas Lévi Livre III : 45

Le repos absolu n’est nulle part dans la matière universellement vivante, mais que le fixe attire le volatil pour le fixer, tandis que le volatil ronge le fixe pour le volatiliser.



Citations livre 4

Citations et livre d’Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre IV.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 46

La substance éthérique attire et repousse et se coagule et se dissout avec une constante harmonie ; elle est double ; elle est androgyne ; elle s’embrasse et se féconde ; elle lutte, elle triomphe, elle réduit, elle renouvelle, mais elle ne s’abandonne jamais à l’inertie, car l’inertie pour elle serait la mort.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 47

Cette lumière, dont le nom hébreu est « Aour », est l’or fluide et vivant de la philosophie hermétique. Son principe positif est leur soufre ; son principe négatif leur mercure, et ses principes équilibrés forment ce qu’ils ont nommé leur sel.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 48

La matière universelle est nécessité au mouvement par sa double aimantation et cherche fatalement l’équilibre.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 44

Il n’est pas de corps solide qui puisse immédiatement être pulvérisé, s’évanouir en fumée et devenir invisible si l’équilibre de ses molécules venait à cesser tout à coup.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 50

Les hallucinations étant des rêves de personnes éveillées, supposent toujours un état analogue au somnambulisme. Mais en sens contraire ; le somnambulisme c’est le sommeil empruntant au réveil ses phénomènes ; l’hallucination c’est de la veille assujettie encore en partie à l’ivresse astrale du sommeil.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 51

Il y a deux amours, celui du coeur et celui de la tête, l’amour du coeur ne s’exalte jamais, il se recueille et grandit lentement à travers les épreuves et les sacrifices ; l’amour de la tête purement nerveux et passionné ne vit que d’enthousiasme, se heurte contre tous les devoirs, traite l’objet aimé en chose conquise, est égoïste, exigeant, inquiet, tyrannique et traîne fatalement après lui le suicide pour catastrophe finale, ou l’adultère pour remède. Ces phénomènes sont constants comme la nature, inexorables comme la fatalité.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 52

Mais, dira-t-on, l’âme humaine n’est donc pas libre ?


-  Non, elle ne l’est plus dès qu’elle s’abandonne au vertige des passions. Il n’y a que la sagesse qui soit libre, les passions désordonnées sont le domaine de la folie, et la folie c’est la fatalité .

Les natures passionnées sont des aimants exaltés, elles attirent ou repoussent avec force.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 53

La magie ne saurait être ce que la font ceux qui ne la connaissent pas. Il n’appartient d’ailleurs à personne de la faire ceci ou cela ; elle est ce qu’elle est, elle est par elle-même, comme les mathématiques, car c’est la science exacte et absolue de la nature et de ses lois.

Citation d’Eliphas Lévi Livre IV : 54

On s’endort parfois sans s’en apercevoir au milieu de la vie réelle, et alors, au lieu de penser, on rêve.



Citations livre 5

Citations et livre : Edgar Poë par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre V.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 55

Edgar Poë lui-même n’a inventé ni les personnages, ni les faits de ses étranges nouvelles, il les a rêvés tout éveillé, et c’est pour cela qu’il leur donne si bien les couleurs d’une épouvantable réalité.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 56

Lorsqu’un homme succombe au sommeil, il a en horreur tout ce qui pourrait l’éveiller. Il en est de même des hallucinés, des somnambules statiques, des maniaques, des épileptiques et de tous ceux qui s’abandonne au délire d’une passion. Ils ont entendu la musique fatale, ils sont entrés dans la danse macabre, et ils se sentent entraînés dans le tourbillon du vertige. Vous leur parlez, ils ne vous entendent plus, vous les avertissez, ils ne vous comprennent plus, mais votre voix les importune ; ils ont sommeil du sommeil de la mort.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 57

Toutefois le visage de la mort n’a pas la même sérénité pour toutes les âmes qui le contemplent, lorsqu’on a manqué le but de sa vie, lorsqu’on emporte avec soi des convoitises effrénées ou des haines inassouvies, l’éternité apparaît à l’âme ignorante ou coupable avec de si formidable proportions de douleurs qu’elle tente quelquefois de se rejeter dans la vie mortelle.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 58

Il suffit quelquefois d’exciter chez une personne une violente colère ou une trop grande frayeur pour tuer subitement cette personne.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 59

Une hallucination est une illusion produite par un mouvement irrégulier de la lumière astrale.

Notre médiateur plastique aspire et respire la lumière astrale ou l’âme vitale de la terre, comme notre corps aspire et respire l’atmosphère terrestre. Or, de même qu’en certains lieux l’air est impur et non respirable, de même aussi certaines circonstances phénoménales peuvent rendre la lumière astrale malsaine et non assimilable.

Citation d’Eliphas Lévi livre V : 60

Le médiateur plastique ressemble à une statue métallique toujours en fusion. Si le moule est défectueux, elle devient difforme ; si le moule se brise, elle fuit. Le moule du médiateur plastique c’est la force vitale équilibrée et polarisée. Notre corps, par le moyen du système nerveux, attire et retient cette forme fugitive de lumière spécifiée ; mais la fatigue locale ou la surexcitation partielle de l’appareil peut occasionner des difformités fluidiques.

Le médiateur plastique fait à l’image et à la ressemblance de notre corps, dont il figure lumineusement tous les organes, a une vue, un toucher, une ouïe, un odorat et un goût qui lui sont propre ; il peut ; lorsqu’il est surexcité, les communiquer par vibrations à l’appareil nerveux, en sorte que l’hallucination soit complète.



Citations livre 6

Citations et livre : magie par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre VI.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 61

Le vulgaire s’est toujours trompé sur la magie, et confond les adeptes avec les enchanteurs. La vraie magie, c’est-à-dire la science traditionnelle des mages, est l’ennemie mortelle des enchantements ; elle empêche ou fait cesser les faux miracles, hostiles à la lumière et fascinateurs d’un petit nombre de témoins préparés et crédules.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 62

Le désordre apparent dans les lois de la nature est un mensonge ; ce n’est donc pas une merveille. La merveille véritable, le vrai prodige toujours éclatant aux yeux de tous, c’est l’harmonie toujours constante des effets et des causes : ce sont les splendeurs de l’ordre éternel !

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 63

La vie pour lui suffisait à l’expiation des plus grands crimes, puisqu’elle était la conséquence d’un arrêt de mort.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 64

En religion le bien c’est la hiérarchie, et le mal l’anarchie.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 65

Dieu ne peut pas être en désaccord avec lui-même.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 66

Nous disons incomplètement, parce que le diable est, pour M. de Mirville, un personnage fantastique, tandis que pour nous c’est l’usage abusif d’une force naturelle. Un médium a dit : l’enfer n’est pas un lieu , c’est un état. Nous pourrions ajouter : le diable n’est ni une personne ni une force, c’est un vice, et, par conséquent, une faiblesse.

Perversité ou fatalité, les prétendus miracles obéissent à une de ces deux puissances.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 67

Il existe une puissance génératrice des formes, cette puissance, c’est la lumière. La lumière crée les formes suivant les lois des mathématiques éternelles, par l’équilibre universel du jour et de l’ombre. Les signes primitifs de la pensée se tracent d’eux-mêmes dans la lumière, qui est l’instrument matériel de la pensée.

Citation d’Eliphas Lévi livre VI : 68

Dieu, c’est l’âme de la lumière. La lumière Universelle et infinie est pour nous comme le corps de Dieu. La Kabbale ou la haute magie, c’est la science de la lumière. La lumière correspond à la vie. Le royaume des ténèbres, c’est la mort. Tous les dogmes de la vraie religion sont écrits dans la kabbale en caractère de lumière sur une page d’ombre. La page d’ombre, ce sont les croyances aveugles. La lumière est le grand médiateur plastique. L’alliance de l’âme avec le corps est un mariage de lumière et d’ombre. La lumière est l’instrument du verbe, c’est l’écriture blanche de Dieu sur le grand livre de la nuit. La lumière, c’est la source des pensées, et c’est en elle qu’il faut chercher l’origine de tous les dogmes religieux. Mais il n’y a qu’un vrai dogme, comme il n’y a qu’une pure lumière ; l’ombre seule est variée à l’infini. La lumière, l’ombre et leur accord qui est la vision des êtres, tel est le principe analogique des grands dogmes de la Trinité, de l’Incarnation et de la Rédemption.



Citations livre 7

Citations et livre : Cabbale par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre VII.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 69

Ce qu’il importe de prouver, c’est que la réforme religieuse de Moïse était toute kabbalistique, et que le christianisme, en instituant un dogme nouveau, s’est rapproché tout simplement des sources primitives du mosaïsme, et que l’Evangile n’est plus qu’un voile transparent jeté sur les mystères universels et naturels de l’initiation orientale.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 70

Le mystère des réactions nécessaires et successives des deux principes l’un de l’autre, est indiqué ensuite par l’allégorie de Caïn et d’Abel. La force se venge, par l’oppression des séductions de la faiblesse ; la faiblesse martyre expie et intercède pour la force condamnée par suite du crime à la flétrissure et aux remords. Ainsi se révèle l’équilibre du monde moral, ainsi se pose la base de toutes les prophéties et le point d’appui de toute politique intelligente. Abandonner une force à ses propres excès, c’est la condamner au suicide.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 71

Il ne suffit pas d’écrire dans un livre : Dieu a dit, et les choses ont été faites. Il faut voir si les choses qu’on attribue à Dieu ne sont pas contraires aux lois mêmes de l’Être. Car, s’il en est ainsi, Dieu n’a pu les faire, lui qui ne saurait donner de démentis à la nature sans nier lui-même... Dieu étant éternel, il est de toute nécessité que ses ordres soient immuables comme lui.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 72

Une chose n’est pas juste parce que Dieu la veut ; mais Dieu la veut parce qu’elle est juste.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 73

Les vérités trop belles ou trop simples pour plaire aux hommes sans voiles ont toutes été cachées sous des ombres ingénieuses.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 74

Dire un mot c’est évoquer une pensée et la rendre présente. Nommer Dieu, par exemple, c’est manifester Dieu.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 75

La parole agit sur les âmes et les âmes réagissent sur les corps ; donc on peut effrayer, consoler, rendre malade, guérir, tuer même et ressusciter par de paroles.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 76

Quand l’âme évoque une pensée, le signe de cette pensée s’écrit de lui-même dans la lumière.

Citation d’Eliphas Lévi livre VII : 77

Les paroles sont donc par elles-mêmes bonnes ou mauvaises, vénéneuses ou salutaires. Les paroles les plus dangereuses sont les paroles vaines et proférées à la légère, parce que ce sont les avortements volontaires de la pensée.

Une parole inutile est un crime contre l’esprit d’intelligence. C’est un infanticide intellectuel.



Citations livre 8

Citations et livre : Kabbale par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre VIII.

Citation d’Eliphas Lévi livre VIII : 78

Bien parler c’est bien vivre.

Citation d’Eliphas Lévi livre VIII : 79

Les hommes cherchent rarement la vérité pour elle-même ; ils ont toujours pour motif secret dans leurs efforts quelque passion à satisfaire ou quelque cupidité à assouvir. Parmi les secrets de la kabbale, il en est un surtout qui a toujours tourmenté les chercheurs : c’est le secret de la transmutation des métaux et de la conversion de toutes les substances en or. L’Alchimie, en effet, a emprunté tous ses signes à la kabbale, et c’est sur la loi des analogies résultantes de l’harmonie des contraires qu’elle basait ses opérations.

Citation d’Eliphas Lévi livre VIII : 80

Un secret physique immense était d’ailleurs caché sous des paraboles kabbalistiques des anciens. Ce secret, nous sommes parvenus à le déchiffrer, et nous en livrons la lettre aux investigations des faiseurs d’or. Le voici :


-  1°) Les quatre fluides impondérables ne sont que les manifestations diverses d’un même agent universel qui est la Lumière.


-  2°) La Lumière est le feu qui sert au grand oeuvre sous forme d’électricité.


-  3°) La volonté humaine dirige la lumière vitale au moyen de l’appareil nerveux. Cela s’appelle ne nos jours magnétiser.


-  4°) L’agent secret du grand oeuvre, l’azoth des sages, l’or vivant et vivifiant des philosophes, l’agent producteur métallique universel, c’est l’électricité magnétisée.

L’alliance de ces deux mots ne nous dit pas encore grand chose et pourtant ils renferment peut-être une force à bouleverser le monde. Nous disons peut-être par bienséance philosophique, car, pour notre part, nous ne doutons pas de la haute importance de ce grand arcane hermétique. Nous venons de dire que l’alchimie est fille de la kabbale ; et, pour s’en convaincre, il suffit d’interroger les symboles de Flamel, de Basile Valentin, les pages du juif Abraham et les oracles plus ou moins apocryphes de la Table d’Emeraude d’Hermès. Partout on retrouve les traces de cette décade de Pythagore si magnifiquement appliquée dans le Sepher Jezirah à la notion complète et absolue des choses divines.

Citation d’Eliphas Lévi livre VIII : 81

Le secret.

Oui, il existe un secret formidable, dont la révélation a déjà renversé un monde, comme l’attestent les traditions religieuses de l’Egypte, résumées symboliquement par Moïse, au commencement de la Genèse. Ce secret constitue la science fatale du bien et du mal, et son résultat, lorsqu’on le divulgue, c’est la mort. Moïse le représente sous la figure d’un arbre qui est au centre du Paradis terrestre, et qui est voisin, qui tient même ses racines à l’arbre de vie.



Citations livre 9

Citations et livre : passions par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre IX.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 82

L’adepte.

L’homme qui est esclave de ses passions ou des préjugés de ce monde ne saurait être initié, il ne parviendra jamais, tant qu’il ne se réformera pas ; il ne saurait donc être un adepte, car le mot « adepte » signifie celui qui est parvenu par sa volonté et par ses oeuvres.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 83

Conditions :

Pour parvenir au sanctum regnum, c’est-à-dire à la science et à la puissance des mages, quatre choses sont indispensables :


-  1°) Une intelligence éclairée par l’étude. SAVOIR


-  2°) Une audace que rien n’arrête. OSER


-  3°) Une volonté que rien ne brise. VOULOIR


-  4°) Une discrétion que rien ne puisse corrompre. SE TAIRE.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 84

La vie des animaux.

L’homme ne devient roi des animaux qu’en les domptant ou en les apprivoisant, autrement il en serait la victime ou l’esclave.

Les animaux sont la figure de nos passions, ce sont les forces instinctives de la nature.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 85

Céder or not céder

Céder aux forces de la nature, c’est suivre le courant de la vie collective, c’est être esclave des causes secondes.

Résister à la nature et la dompter, c’est se faire une vie personnelle et impérissable, c’est s’affranchir des vicissitudes de la vie et de la mort.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 86

La volonté.

Pythagore exerçait ses disciples par le silence et les abstinences de toutes sortes ; en Egypte, on éprouvait les récipiendaires par les quatre éléments ; dans l’Inde, on sait à quelles prodigieuses austérités se condamnaient les fakirs et les brames, pour parvenir au royaume de la libre volonté et de l’indépendance divine.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 87

Signalisation routière.

Dans la voie des hautes sciences, il ne faut pas s’engager témérairement, mais, une fois en marche, il faut arriver ou périr. Douter, c’est devenir fou ; s’arrêter, c’est tomber ; reculer, c’est se précipiter dans un gouffre.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 88

Notice d’utilisation.

Ce qu’on peut dire de l’âme entière, on doit le dire de chaque faculté de l’âme.

L’intelligence et la volonté de l’homme sont des instruments d’une portée et d’une force incalculables.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 89

Fondation.

En dynamique analogique et universelle, on ne s’appuie que sur ce qui résiste.

Citation d’Eliphas Lévi livre IX : 90

Binaire - ternaire

Si vous concevez l’absolu comme deux, il faut immédiatement le concevoir comme trois, pour retrouver le principe unitaire.



Citations livre 10

Citations et livre : esprit par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre X.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 91

La consistance de l’esprit.

Les cabalistes comparent l’esprit à une substance qui reste fluide dans le milieu divin et sous l’influence de la lumière essentielle, mais dont l’extérieur se durcit comme une cire exposée à l’air dans les régions plus froides du raisonnement ou des forces visibles.

Les écorces du monde des esprits sont transparentes, celle du monde matériel sont opaques.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 92

La secousse des cieux.

Toute pensée vraie correspond à une grâce divine dans le ciel, et à une oeuvre utile sur terre. Toute grâce de Dieu suscite une vérité et produit un ou plusieurs actes, et réciproquement tout acte remue dans les cieux une vérité ou un mensonge, une grâce ou un châtiment.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 93

Miss causality.

Toute parole a trois sens, toute action une triple portée, toute forme une triple idée, car l’absolu correspond de monde en monde avec ses formes. Toute détermination de la volonté humaine modifie la nature, intéresse la philosophie, et s’écrit dans le ciel.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 94

Il y a donc deux fatalités, l’une résultant de la volonté de l’incréé d’accord avec sa sagesse, l’autre résultant des volontés créées d’accord avec la nécessité des causes secondes dans leurs rapports avec les causes premières.

La nature agit dans les petites choses comme dans les grandes. L’enfantement de l’or s’accomplit comme celui des civilisations et de la lumière.

Là est la base du dogme éternel d’Hermès.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 95

La matière première de l’« Or », c’est quant à la substance la terre et quant à la forme la lumière.

La lumière est l’âme de la terre.

C’est une substance unique jouissant de toutes les propriétés des corps simple. C’est même le seul corps simple avec quatre formes élémentaires.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 96

L’oxygène est de la lumière passée à l’état gazeux.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 97

C’est l’arrangement symétrique des molécules qui fait la transparence des corps.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 98

Le mouvement du rayon est en raison directe de la vivacité des couleurs. Le bleu noir est la couleur du repos absolu, le blanc celle du mouvement équilibré, le rouge celle du mouvement absolu.

Citation d’Eliphas Lévi livre X : 99

La lumière séjourne dans les corps comme le calorique. Elle peut y être invisible et latente.



Citations livre 11

Citations et livre : lumière par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations par Eliphas Lévi livre XI.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 100

L’oxygène est la corporification positive de la lumière ; l’hydrogène en est la forme négative.

Le mariage de ces deux gaz produit l’eau, et l’état gazeux se change en fluide.

L’eau a deux propriétés : elle se volatilise par la chaleur et se condense par le froid.

Elle se transforme en sève dans les plantes, en sang dans les animaux,, en mercure dans les métaux, puis par combustion, en cendres et en terre.

L’eau est un oxyde, c’est-à-dire le résidu négatif d’une combustion.

L’eau est bleue et le feu est rouge.

La suroxygénation de l’eau produit les acides.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 101

Les métaux malléables ont leurs molécules déterminées par la quantité d’oxygène qu’ils absorbent.

Les métaux oxydables ont leurs molécules composées d’un moindre nombre à égale capacité de chaleur.

L’alliance des métaux malléables et des oxydables produit des aimants qui attirent la lumière positive. Le commencement de l’intelligence du grand OEuvre est celle des quatre éléments philosophiques.

Ces quatre éléments sont d’abord intellectuels ; le Verbe les nomme et les réalise.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 102

Le Verbe est la formule suprême de la raison.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 103

L’eau philosophique est la substance divisée et la force même qui divise ou dissout.

La terre philosophique est le divisible qui se coagule en sortant du diviseur. Le feu est le mouvement. L’air est la matrice du feu. Le feu est à l’eau comme un est à trois. L’air est à la terre comme un demi est à huit. L’eau est l’humide radical des sages. Le feu est l’âme du soleil et la vitalité de l’or. L’air est la teinture citrine de la terre colorée par le soleil. La lune croît et décroît en trente jours. Ce mouvement est celui qu’on exprime par coagula et solve. Le mercure universel est partout.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 104

Dans le tétragramme, le ternaire, pris au commencement du mot, exprime la copulation divine, pris à la fin, il exprime le féminin et la maternité. Eve porte un nom de trois lettres, mais l’Adam primitif est exprimé par la seule lettre Yod, en sorte que Jéhova devrait se prononcer Iéva. Ceci nous conduit au grand et suprême mystère de la magie exprimée par le quaternaire. Aussi dans presque toutes les langues, le nom de Dieu est de quatre lettres.

Citation d’Eliphas Lévi livre XI : 105

Le grand agent magique se révèle par quatre sortes de phénomènes, et a été soumis au tâtonnement des sciences profanes sous quatre noms : Calorique, lumière, électricité, magnétisme.

On lui a aussi donnéles noms de tétragramme, d’inri, d’azoth, d’éther, d’od, de fluide magnétique, d’âme de la terre, de serpent, de lucifer, etc...

Le grand agent magique est la quatrième émanation de la vie-principe, dont le soleil est la troisième forme (voir les initiés de l’école d’Alexandrie et le dogme d’Hermès Trismégiste).

En sorte que l’oeil du monde est le mirage du reflet de Dieu, et que l’âme de la terre est un regard permanent du soleil que la terre conçoit et garde par imprégnation.



Citations livre 12

Citations et livre : raison par Eliphas Lévi

Ses meilleures citations


(JPG) itations d’Eliphas Lévi livre XII.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 106

La lune concourt à cette imprégnation de la terre en repoussant vers elle une image solaire pendant la nuit, en sorte qu’Hermès a eu raison de dire, en parlant du grand agent : Le soleil est son père, la lune est sa mère. Puis il ajoute : Le vent l’a porté dans son ventre, parce que l’atmosphère est le récipient et comme le creuset des rayons solaires, au moyen desquels se forme cette image vivante du soleil qui pénètre la terre, la vivifie, la seconde et détermine tout ce qui se produit à sa surface par ses effluves et ses courants continuels, analogues à ceux du soleil lui-même.

Cet agent solaire est vivant par deux forces contraires : une force d’attraction et une force de projection, ce qui fait dire à Hermès que toujours il remonte et redescend.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 107

La parole parfaite, celle qui est adéquate à la pensée qu’elle exprime, contient toujours virtuellement ou supposé un quaternaire : l’idée est ses trois formes nécessaires et corrélatives, puis aussi l’image de la chose exprimée avec les trois termes du jugement qui la qualifie. Quand je dis : l’être existe, j’affirme implicitement que le néant n’existe pas.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 108

La mort, en effet, ne peut pas plus être une fin absolue que la naissance n’est un commencement réel. La naissance prouve la préexistence de l’être humain, puisque rien ne se produit de rien, et la mort prouve l’immortalité, puisque l’être ne peut pas plus cesser d’être que le néant ne peut cesser de ne pas être. Etre et néant sont deux idées absolument inconciliable.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 109

Dire que le monde est sorti du néant, c’est proférer une monstrueuse absurdité. Tout ce qui est procède de ce qui était.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 110

Ce qui contribue le plus aux erreurs du vulgaire et aux extravagances de la folie, ce sont les reflets des imaginations dépravées les unes dans les autres.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 111

Il n’y a dans la nature ni brusque interruption ni murailles abruptes qui puissent séparer les esprits. Tout est transition et nuances, et, si l’on suppose la perfectibilité, sinon infinie, du moins indéfinie, des facultés humaines, on verra que tout homme peut arriver à tout voir, et par conséquent à tout savoir, du moins dans le cercle d’un conscience qu’il peut indéfiniment élargir.

Citation d’Eliphas Lévi livre XII : 112

Ils ont voulu dissimuler l’esprit de sagesse contenu sous les signes du dogme, et l’esprit de sagesse leur a échappé. Ils ont voulu tenir le peuple dans l’ignorance et la superstition, et ils sont maintenant eux-mêmes plus ignorants et plus superstitieux que les derniers d’entre le peuple.




le tarot du sepher de moise


retour à la rubrique : Eliphas Lévi textes et citations
telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit