Cabbale.org
 

Lettre de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Koot Hoomi Lal Singh Q/R IV : Ce qui émerge à la fin...

Koot’ Hoomi Lal Singh lettre à A.P. Sinnett


Réponses 6 et 7 de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Q.6) Etroitement liée à cette question en serait une autre souvent posée : "A quoi sert tout le processus cyclique, si l’esprit ne fait qu’émerger à la fin de toutes choses pur et impersonnel, comme il l’était au début avant sa descente dans la matière ? " (Et les parties enlevées au cinquième ?). Ma réponse est que je ne suis pas à présent en train d’excuser les opérations de la Nature, mais de les étudier. Mais il y a peut-être une meilleure réponse à donner.

R.6) Ce qui émerge à la fin de toutes choses n’est pas seulement "l’esprit pur et impersonnel", mais aussi l’ensemble des souvenirs "personnels" constituant le prélèvement de la meilleure partie de tout nouveau cinquième principe dans la longue série de l’être. Et si à la fin de toutes choses (mettons dans quelques millions de millions d’années) l’Esprit devra reposer dans sa pure non-existence impersonnelle, comme l’Un ou l’Absolu, il faut tout de même qu’il y ait dans le processus cyclique un "bien quelconque", puisque chaque Ego purifié a la possibilité, dans les longs intervalles séparant les vies objectives sur les planètes, d’exister comme Dhyan-Chohan (du plus humble "Devachani" au plus haut Planétaire) en goûtant les fruits de toutes ses vies.

Mais qu’est-ce que "l’Esprit" pur et impersonnel per se ? Est-il possible que vous n’ayez pas encore saisi notre pensée ? Eh bien, un tel Esprit est un non-être, une pure abstraction et pour nos sens, même les plus spirituels, un vide absolu. Il ne devient quelque chose qu’uni à la matière ; par conséquent il est toujours quelque chose, la matière étant infinie, indestructible et non existante sans l’Esprit qui, dans la matière, est la Vie. Séparé de la matière, il devient l’absolue négation de la vie et de l’être, tandis que la matière en est inséparable. Demandez à ceux qui soulèvent cette objection s’ils savent quelque chose de la "vie"et de la "conscience" en dehors de ce qu’ils ressentent maintenant sur la terre. Comment peuvent-ils concevoir (à moins d’être des voyants-nés, des voyants naturels) l’état de conscience de l’individualité humaine après sa séparation d’avec le grossier corps physique ? A quoi bon, pouvez-vous à votre tour leur demander, tout le processus de la vie terrestre, si nous sommes des entités inconscientes aussi bonnes et aussi "pures" avant la naissance, pendant le sommeil et à la fin de notre carrière ? La mort n’est-elle pas, selon les enseignements de la Science, suivie d’un état d’inconscience identique à celui qui précède la naissance ? La vie, en quittant notre corps, ne devient-elle pas aussi impersonnelle qu’elle l’était avant d’animer le foetus ? Après tout, la vie, le plus grand problème à portée de la pensée humaine, est un mystère que vos Savants les plus grands ne résoudront jamais. Pour être bien comprise, elle demande à être étudiée dans la série tout entière de ses manifestations, sans quoi elle ne peut être non seulement sondée, mais même comprise sous sa forme la plus facile : la vie comme état d’être sur notre terre. Elle ne peut être saisie tant qu’elle est étudiée séparément, isolée de la vie universelle. Pour résoudre le grand problème, on doit devenir un occultiste, on doit l’analyser et en faire l’expérience personnellement dans toutes ses phases, comme la vie sur terre, la vie au-delà de la limite de la mort physique, la vie minérale, la vie végétale, la vie animale et la vie spirituelle, la vie unie à la matière concrète aussi bien que la vie présente dans l’atome impondérable. Qu’ils essaient d’examiner ou d’analyser la vie séparée de l’organisme ; qu’en reste-t-il ? Simplement un mode de mouvement, lequel doit demeurer une énigme indéchiffrée, à moins que ne soit acceptée notre doctrine de la Vie pénétrant tout, infinie et omniprésente (quand ce ne serait que comme une hypothèse seulement un peu plus raisonnable que leurs hypothèses scientifiques qui sont toutes absurdes). Soulèveront-ils des objections ? Eh bien, nous leur répondrons en employant leurs propres armes. Nous dirons, puisque le mouvement pénètre tout et que le repos absolu est inconcevable, qu’il est et restera à jamais démontré que, sous quelque forme ou masque que puisse apparaître le mouvement, que ce soit comme lumière, chaleur, magnétisme, affinité chimique ou comme électricité, toutes ces formes ne peuvent être que des phases de l’Unique et même Force Universelle et omnipotente, un Protée devant lequel ils se prosternent comme devant le Grand "Inconnu" (Voyez Herbert Spencer) et que nous appelons simplement la "Vie Une", la "Loi Une" et l’ "Elément Un". Les esprits les plus grands et les plus scientifiques de la terre se sont acharnés à chercher une solution du mystère, ne laissant aucun sentier détourné inexploré, sans lâcher aucun fil lâche ou fragile dans ce qui est pour eux le plus noir des labyrinthes et tous ont dû arriver à la même conclusion (celle des Occultistes quand elle n’est donnée que partiellement), à savoir que la vie dans ses manifestations concrètes est le résultat et la conséquence légitimes de l’affinité chimique. Quant à la vie dans son sens abstrait, la vie pure et simple, eh bien, ils n’en savent pas davantage aujourd’hui qu’aux premiers jours de leur Société Royale. Ils savent seulement que, dans certaines solutions jusque-là privées de vie, des organismes jaillissent spontanément (malgré Pasteur et sa piété biblique) en vertu de certaines compositions chimiques de telles substances. Si, comme je l’espère, dans quelques années, je deviens entièrement mon propre maître, je pourrai avoir le plaisir de vous démontrer, sur votre propre bureau, que la vie en tant que vie est non seulement transformable en d’autres aspects ou phases de la Force pénétrant tout, mais qu’elle peut être véritablement infusée dans un homme artificiel. Frankenstein n’est un mythe que dans la mesure où il est le héros d’un conte mystique ; dans la nature, c’est une possibilité. Et les physiciens et médecins de la dernière sous-race de la sixième Race inoculeront la vie et revivifieront des cadavres comme on inocule aujourd’hui la petite vérole et souvent des maladies moins agréables. L’esprit, la vie et la matière ne sont pas des principes naturels existant indépendamment l’un de l’autre, mais les effets de combinaisons produites dans l’Espace par le mouvement éternel ; et ils feront mieux de l’apprendre.

Q.7) Pouvez-vous, c’est-à-dire vous est-il jamais permis de répondre à des questions relatives à des sujets de science physique ? Dans l’affirmative, voici quelques points que j’aimerais grandement voir traiter.

R.7) Sans aucun doute, j’y suis autorisé. Mais alors se pose la très importante question : jusqu’à quel point mes réponses paraîtront-elles satisfaisantes, même à vous ? Que toute nouvelle loi mise en lumière n’est pas considérée comme ajoutant un maillon à la chaîne du savoir humain, c’est ce que démontre la mauvaise grâce avec laquelle tout fait estimé gênant pour la science, pour une raison quelconque, est accueilli par ses professeurs. Néanmoins, toutes les fois que je pourrai vous répondre, j’essayerai de le faire, espérant seulement que vous ne l’enverrez pas comme une contribution de ma plume au Journal of Science.


Forums sur : Koot Hoomi Lal Singh Q/R IV : Ce qui émerge à la fin...


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit