Cabbale.org
 

Lettre de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Koot Hoomi Lal Singh Q/R VIII : Peu de choses notre soleil...

Koot’ Hoomi Lal Singh lettre à A.P. Sinnett


Réponses 12, 13, 14, 15, de Koot’ Hoomi Lal Sigh.

Q.12) Qu’y a-t-il de vrai dans la nouvelle théorie de Siemens concernant la combustion solaire, à savoir que, dans son passage à travers l’espace, le soleil recueille à ses pôles un gaz combustible (qui est répandu à travers tout l’espace dans un état extrêmement subtil) et le rejette à l’équateur après que l’intense chaleur de cette région a de nouveau dispersé les éléments qu’avait temporairement unis la combustion ?

R.12) Peu de choses, je le crains, notre Soleil n’étant qu’un reflet. La seule grande vérité formulée par Siemens est que l’espace inter-stellaire est rempli de matière très raréfiée telle qu’il peut y en avoir dans des tubes à vide et qui s’étend de planète à planète et d’étoile à étoile. Mais cette vérité est sans action sur les faits principaux. Le soleil donne tout et ne reçoit rien en échange de son système. Le soleil ne recueille rien "aux pôles" qui sont même libres en tout temps des fameuses "flammes rouges", et pas seulement durant les éclipses. Comment se fait-il qu’avec leurs puissants télescopes, les astronomes n’aient réussi à percevoir aucune "accumulation" semblable, alors que leurs verres leur montrent même les "nuées superlativement floconneuses" sur la photosphère ?

Rien qui vienne de l’extérieur de son propre système ne peut atteindre le soleil sous la forme d’une matière aussi grossière que des "gaz raréfiés". Chaque parcelle de matière dans tous ses sept états est nécessaire à la vitalité des systèmes divers et innombrables, mondes en formation, soleils s’éveillant de nouveau à la vie, etc. et ils n’en ont pas de superflu à donner à leurs meilleurs voisins et à leurs parents proches. Ce sont des mères, non des marâtres et elles ne distrairaient pas une miette de la nourriture de leurs enfants. La théorie toute récente de l’énergie radiante montrant que dans la nature il n’existe, à proprement parler, rien que l’on puisse appeler lumière chimique ou rayon calorique, est la seule approximativement correcte. Car en vérité une seule chose existe : l’énergie radiante qui est inépuisable et ne connaît ni augmentation ni diminution et qui, jusqu’à la fin du manvantara Solaire, continuera son travail d’auto-génération. L’absorption des Forces Solaires par la terre est énorme. Cependant il est ou il peut être démontré que la terre reçoit à peine 25 % du pouvoir chimique des rayons solaires, car ceux-ci éprouvent une perte de 75 % durant leur passage vertical à travers l’atmosphère depuis le moment où ils atteignent la limite extérieure de l’ "océan aérien". Et même ces rayons, nous dit-on, perdent environ 20 % de leur pouvoir lumineux et calorique. Avec une telle perte, que doit donc être la force de récupération de notre Père-Mère Soleil ? Oui, appelez cela "Energie Radiante" si vous voulez ; nous l’appelons la Vie, la vie pénétrant tout et omniprésente, toujours à l’oeuvre dans son grand laboratoire, le SOLEIL.

Q.13) Des indications pourraient-elles être données pour découvrir les causes des variations magnétiques, les changements quotidiens à des endroits donnés et la courbure apparemment capricieuse des lignes isogoniques qui indiquent des déclinaisons égales ? Par exemple pourquoi y a-t-il dans l’Asie orientale une région où l’aiguille détournée du vrai nord ne révèle aucun changement de direction quoique les changements d’orientation soient indiqués tout autour de cette contrée ? (Vos Seigneuries ont-elles quelque chose à voir avec cet état de chose particulier ?).

R.13) Aucune explication ne pourra jamais être donnée par vos hommes de Science qui, dans leur "suffisance", déclarent que c’est seulement pour ceux pour qui le mot magnétisme désigne un agent mystérieux que la supposition que le Soleil est un aimant énorme peut rendre compte de la production par ce corps céleste de lumière et de chaleur et donner l’explication des causes des variations magnétiques telles qu’on les perçoit sur notre terre. Ils sont décidés à ignorer et ainsi à rejeter la théorie que leur soumet Jenkins, de la R.A.S., concernant l’existence de puissants pôles magnétiques au-dessus de la surface terrestre. Mais cette théorie est néanmoins la bonne ; l’un de ces pôles tourne autour du pôle nord en un cycle périodique de plusieurs centaines d’années. Outre Jenkins, Halley et Flamsteed furent les seuls hommes de science qui l’ont jamais soupçonné. Je réponds encore à votre question en vous rappelant une autre supposition discréditée. Jenkins a fait de son mieux, il y a trois ans environ, pour prouver que c’est la pointe nord de l’aiguille de la boussole qui est le vrai pôle nord, et non l’inverse comme le soutient la théorie scientifique courante. Il savait que la localité en Boothie où Sir James Ross situait le pôle nord magnétique terrestre était purement imaginaire : il n’est pas là. Si lui (et nous) avons tort, il faut alors également déclarer fausse la théorie magnétique que les pôles semblables se repoussent et les pôles contraires s’attirent, car si la pointe nord de l’aiguille d’inclinaison est un pôle sud, le fait que cette pointe se dirige vers le sol en Boothie (comme vous l’appelez) doit être dû à l’attraction. Et s’il existe là-bas quoi que ce soit pour l’attirer, comment se fait-il que l’aiguille à Londres ne soit attirée ni vers le sol de la Boothie, ni vers le centre de la terre ? Comme on l’a très justement fait remarquer, si le pôle nord de l’aiguille se dirigeait presque perpendiculairement au sol en Boothie, c’est simplement qu’elle était repoussée par le vrai pôle nord magnétique quand Sir J. Ross était là-bas il y a environ un demi-siècle.

Non ; nos "Seigneuries" n’ont rien à faire avec l’inertie de l’aiguille, qui est due à la présence de certains métaux en fusion dans cette localité. L’élévation de la température diminue l’attraction magnétique et une température suffisamment haute la supprime souvent entièrement. La température dont je parle est, dans le cas présent, plutôt une aura, une émanation, qu’une chose connue par la science. Bien entendu, cette explication ne sera jamais admise avec les connaissances scientifiques actuelles. Mais nous pouvons attendre et voir venir. Etudiez le magnétisme avec l’aide des doctrines occultes et alors ce qui aujourd’hui paraît incompréhensible et absurde à la lumière de la science physique, deviendra tout à fait clair.

Q.14) D’autres planètes en dehors de celles connues de l’astronomie moderne (je ne parle pas des simples planétoïdes) pourraient-elles être découvertes par des instruments physiques convenablement dirigés ?

R. 14) Elles doivent l’être. On n’a pas encore découvert ni toutes les planètes intra-Mercurielles, ni même celles dans l’orbite de Neptune, bien que leur existence soit fortement soupçonnée. Nous savons que de telles planètes existent et où elles existent, et qu’il y a d’innombrables planètes "consumées", dit-on (en obscuration disons-nous), des planètes en formation et pas encore lumineuses, etc. Mais dire "nous savons" est de peu d’intérêt pour la science, alors que les Spirites refusent d’admettre notre savoir. Le tasimètre d’Edison amené à son plus haut degré de sensibilité et fixé à un grand télescope pourra être d’une grande utilité quand il sera perfectionné. Ainsi fixé, le "tasimètre" donnera la possibilité non seulement de mesurer la chaleur des étoiles visibles les plus éloignées, mais aussi de découvrir par leurs radiations invisibles des étoiles qui échappent à la vue et ne peuvent être découvertes autrement et, par conséquent, des planètes aussi. L’inventeur, membre de la Société Théosophique et très protégé par M., pense que si, en un point quelconque d’une région vide des cieux (région qui paraît vide même en utilisant un télescope des plus puissants) le tasimètre indique une augmentation de la température et le fait invariablement, cela sera véritablement une preuve qu’à la portée de l’instrument se trouve un corps stellaire ou bien non lumineux ou bien tellement éloigné qu’il est hors de l’atteinte de la vision télescopique. Son tasimètre, dit-il, "est affecté par une série d’ondulations éthériques plus étendues que celles que l’oeil peut percevoir". La science entendra des sons provenant de certaines planètes avant de les voir... Cela est une prophétie.

Malheureusement, je ne suis pas une Planète, pas même un "planétaire". Autrement, je vous aurais conseillé d’obtenir de lui un tasimètre et de m’éviter ainsi la peine de vous écrire. Je m’arrangerais alors pour me trouver "à votre portée".

Q.15) Quand vous écriviez "Avez-vous éprouvé de la monotonie pendant le moment que vous considériez alors et que vous considérez maintenant comme le moment de bonheur le plus grand que vous ayez jamais ressenti ? ", faisiez-vous allusion à un moment spécial et à un événement spécial de ma vie, ou simplement à une quantité X - le plus heureux moment quel qu’il ait pu être ?

R.15) Non, mon bon ami, je ne suis pas si indiscret que tout cela. Je vous ai simplement laissé évoquer vos propres souvenirs. Chaque créature mortelle, même la moins favorisée par la Fortune, a de pareils moments de bonheur relatif à une époque quelconque de sa vie. Pourquoi n’en auriez-vous pas ? Oui, c’était une quantité X à laquelle je faisais allusion.


Forums sur : Koot Hoomi Lal Singh Q/R VIII : Peu de choses notre soleil...


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit