Cabbale.org
 

Lettre de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Koot Hoomi Lal Singh lettre VI : Vous n'écrivez pas trop

Koot’ Hoomi Lal Singh lettre à A.P. Sinnett


Koot Hoomi Lal Singh :LETTRE N° VI.

  • Reçue à Allahabad, vers le 10 décembre 1880

Non, vous "n’écrivez pas trop". Je regrette seulement de n’avoir que si peu de temps à ma disposition, ce qui m’empêche de vous répondre aussi rapidement que je le voudrais. Bien entendu, il faut que je lise chaque mot que vous écrivez : autrement j’en ferais un beau gâchis. Et que ce soit avec ma vue physique ou avec ma vue spirituelle, le temps nécessaire pour cela est pratiquement le même.

Je puis en dire autant de mes réponses, car, soit que je les "précipite", que je les dicte ou que je les écrive moi-même, la différence est très minime en temps épargné. Il faut que je pense, que je photographie chaque mot et chaque phrase soigneusement dans mon cerveau avant qu’ils puissent être reproduits par "précipitation". Comme la fixation des images par l’appareil photographique sur des surfaces chimiquement préparées nécessite une mise au point et un arrangement

préalable de l’objet à représenter, car autrement (ainsi qu’il arrive souvent dans de mauvaises photographies) les pieds de celui qui pose pourraient apparaître hors de proportion avec la tête, et ainsi de suite, de même nous devons d’abord arranger nos phrases et imprimer, dans notre mental, toutes les lettres qui doivent apparaître sur le papier, avant qu’elles puissent être lues. Pour le présent, c’est tout ce que je peux vous dire. Quand la science aura étudié davantage le mystère du lithophyle (ou lithobiblion) et comment l’impression de feuilles se forme à l’origine sur des pierres, alors je serai à même de vous faire mieux comprendre le processus. Mais vous devez savoir et vous rappeler une chose : nous ne faisons que suivre et copier servilement la nature dans ses oeuvres.

Non ; nous n’avons pas besoin de discuter plus longuement au sujet de cette malheureuse question d’un "Jour avec Mme B.". C’est d’autant plus inutile que vous dites que vous n’avez pas le droit d’écraser et de mettre en pièces, dans le Pioneer, vos adversaires incivils et souvent grossiers (même pour votre propre défense) les propriétaires s’opposant à ce qu’il soit fait aucune mention de l’occultisme. Comme ils sont chrétiens, ce n’est pas très étonnant. Soyons charitables et espérons qu’ils trouveront leur récompense, c’est-à-dire deviendront à la mort des anges de lumière et de Vérité - les pauvres ailés du ciel chrétien.

A moins que vous ne réunissiez plusieurs personnes et les organisiez d’une façon ou d’une autre, je crains de ne pas vous être pratiquement d’un grand secours. Mon cher ami, j’ai moi aussi mes "propriétaires". Pour des raisons qu’ils connaissent mieux que personne, ils ont rejeté toute idée d’instruire des individus isolés. Je correspondrai avec vous et vous donnerai de temps en temps des preuves de ma présence et de mon existence. Vous enseigner et vous instruire est une toute autre affaire. Il est donc plus qu’inutile d’avoir une séance avec votre femme. Vos magnétismes sont trop similaires et vous n’obtiendrez rien. Je traduirai mon Essai et vous l’enverrai aussitôt que je pourrai. Votre idée de correspondre avec vos amis et associés est la meilleure chose à faire maintenant. Mais ne manquez pas d’écrire à Lord Lindsay.

Je suis un peu "trop dur" pour Hume, dites-vous. Le suis-je ? C’est une nature hautement intellectuelle et, je l’avoue, spirituelle aussi. Cependant, il est des pieds à la tête "M. Oracle".

Il est possible que ce soit la richesse même de ce grand intellect qui cherche une issue par toutes les fentes et ne perd jamais une occasion de soulager la plénitude de ce cerveau débordant de pensée. Ne trouvant, dans sa calme vie quotidienne, qu’un champ trop maigre, avec seulement "Moggy" et Davison à ensemencer son intellect fait éclater la digue et fonce sur chaque évènement imaginé, sur chaque fait possible quoique improbable que peut suggérer son imagination, pour l’interpréter d’une manière conforme à ses propres conjectures. Je ne m’étonne pas non plus qu’un aussi habile façonneur de mosaïques intellectuelles, découvrant soudainement la plus fertile des carrières, le plus précieux des magasins de couleurs, dans cette idée de notre Fraternité et de la Société Théosophique, y puise des ingrédients pour en barbouiller nos visages. Nous plaçant devant un miroir qui nous reflète tels que lui-même nous découvre dans sa propre imagination fertile, il nous dit : "Maintenant, reliques moisies d’un passé moisi, contemplez-vous tels que vous êtes réellement" - Un très, très excellent homme, notre ami M. Hume, mais complètement inapte à être modelé en adepte.

Il semble comprendre aussi peu et même beaucoup moins que vous notre but réel en formant une Branche anglo-indienne. Les vérités et les mystères de l’occultisme constituent véritablement un corps de la plus haute importance spirituelle, à la fois profonds et pratiques pour le monde entier.

Ce n’est pas toutefois comme une simple addition à la masse compliquée des théories et des spéculations du monde de la science, qu’ils vous sont donnés, mais à cause de leur portée pratique en ce qui concerne les intérêts de l’humanité. Les termes : "non-scientifiques", "impossibles", "hallucination", "imposteur" ont été, jusqu’ici, employés d’une façon très vague et inconsidérée, pour donner à entendre que les phénomènes occultes ont quelque chose de mystérieux et d’anormal, ou sont une imposture préméditée. Et c’est pourquoi nos Chefs ont décidé de répandre dans quelques esprits réceptifs plus de lumière à ce sujet et de leur prouver que de telles manifestations sont aussi réductibles à des lois que les plus simples phénomènes de l’univers physique. Les prétendus sages disent : "L’âge des miracles est passé" - mais nous répondons : "Il n’a jamais existé !". Tout en n’étant pas uniques ou sans contrepartie dans l’histoire universelle, ces phénomènes doivent avoir et auront une influence irrésistible sur le monde des sceptiques et des bigots. Ils doivent se montrer à la fois destructifs et constructifs - destructifs des erreurs pernicieuses du passé, des vieilles croyances et des superstitions qui, semblables à l’herbe mexicaine, étouffent de leur étreinte empoisonnée presque toute l’Humanité ; mais constructifs de nouvelles institutions d’une Fraternité authentique et pratique de l’Humanité, ou tous deviendront collaborateurs de la Nature, travailleront pour le bien de l’humanité avec et par les hauts Esprits Planétaires, les seuls "Esprits" auxquels nous croyons.

Des éléments phénoménaux auxquels on ne pensait pas auparavant (et auxquels on ne songeait pas), commenceront bientôt à se manifester, jour après jour, avec une force sans cesse accrue, et découvriront à la fin les secrets de leur mystérieuse action. Platon avait raison : les idées mènent le Monde et, à mesure que les esprits humains recevront de nouvelles idées, mettant de côté celles qui sont vieilles et usées, le monde avancera. De puissantes révolutions en jailliront ; des croyances et même des puissances s’écrouleront devant leur marche en avant, écrasées par leur force irrésistible. Ce sera tout aussi impossible lorsque le temps arrivera de résister à leur flot que d’arrêter le progrès de la marée. Mais tout cela se réalisera graduellement et, avant que cela n’arrive, un devoir s’impose à nous : celui de balayer autant que possible les déchets que nous ont légués nos pieux ancêtres. De nouvelles idées doivent être plantées dans des endroits propres car ces idées touchent aux sujets les plus importants. Il ne s’agit pas des phénomènes physiques, mais des idées universelles que nous étudions, car pour comprendre les premiers nous devons d’abord comprendre les dernières. Elles se rapportent à la véritable position de l’homme dans l’Univers en relation avec ses précédentes et futures naissances, son origine et sa destinée ultime, la relation du mortel et de 1’immortel ; du temporaire et de l’éternel ; du fini et de l’infini. Idées plus vastes, plus grandes, plus compréhensives, reconnaissant le règne universel de la Loi Immuable, inchangeante et inchangeable, vis-à-vis de laquelle il n’existe qu’un ETERNEL MAINTENANT, tandis que, pour les mortels non-initiés, relativement à leur existence finie sur ce grain de poussière matériel, le temps est ou passé ou futur. Voilà les problèmes que nous étudions et que beaucoup ont résolus.

Et maintenant, c’est à vous de décider ce que vous aurez la philosophie la plus haute, ou de simples exhibitions de pouvoirs occultes. Certes, cela n’est pas, loin de là, le dernier mot entre nous - et vous aurez le temps d’y réfléchir. Les Chefs ont besoin qu’ "une Fraternité de l’Humanité", une réelle Fraternité Universelle soit instaurée, une institution qui se fasse connaître à travers le monde entier et retienne l’attention des esprits les plus élevés. Je vous enverrai mon Essai. Voulez-vous être mon collaborateur et, attendre patiemment la production de phénomènes mineurs ? Je pense que je prévois la réponse. En tout cas, la lampe sacrée de la lumière spirituelle brûlant en vous (quoique faiblement), il y a de l’espoir pour vous - et pour moi aussi. Oui ; mettez-vous à la recherche d’indigènes s’il n’est pas possible d’avoir des Anglais. Mais pensez-vous que l’esprit et le pouvoir de la persécution aient disparu de cet âge éclairé ? Le temps le prouvera. En attendant, étant humain, je dois me reposer.

Je n’ai pas dormi depuis plus de 60 heures.

Toujours vraiment vôtre.

KOOT HOOMI


Forums sur : Koot Hoomi Lal Singh lettre VI : Vous n'écrivez pas trop


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit