Cabbale.org
 

Fabre d’Olivet la langue hébraïque restituée

Livre de Fabre d'Olivet : La Bible une très mauvaise traduction

L’erreur de Jésus et de la Bible Grecque


Révolutions du Sépher : Origine des versions principales qui en ont été faites, suite VI.

Jésus et ses disciples avaient toujours cité la Bible grecque ; les Pères de l’Église s’attachèrent à ce livre avec un respect religieux, le crurent inspiré, écrit par des prophètes, méprisèrent le texte hébraïque, et comme le dit expressément St. Augustin, ignorèrent même son existence. Cependant les Juifs, effrayés de ce mouvement qu’ils étaient hors d’état d’apprécier, maudirent le livre qui le causait.. Les rabbins, soit par politique, soit que la loi orale transpirât, se moquèrent ouvertement d’une version illusoire, la décrièrent comme un ouvrage faux, et la firent considérer aux Juifs comme plus funeste pour Israël, que le veau d’or. Ils publièrent que la Terre avait été couverte de ténèbres pendant trois jours à cause de cette profanation du Livre saint ; et, comme on peut le voir dans le Thalmud, ordonnèrent un jeûne annuel de trois jours en mémoire de cet événement.

Ces précautions étaient tardives ; le dépôt mal gardé devait changer de main. Israël, semblable à un coffre grossier, fermé d’une triple serrure, mais usé par le temps, ne lui offrait plus un asile assez sûr. Une révolution terrible s’approchait : Jérusalem allait tomber, et l’Empire romain, cadavre politique, était promis aux vautours du Nord. Déjà les ténèbres de l’ignorance noircissaient l’horizon ; déjà les cris des Barbares se faisaient entendre dans le lointain. Il fallait opposer à ces redoutables ennemis un obstacle insurmontable. Cet obstacle était ce livre même qui devait les soumettre et qu’ils ne devaient point comprendre.

Les Juifs ni les Chrétiens ne pouvaient entrer dans la profondeur de ces desseins. Ils s’accusaient réciproquement d’ignorance et de mauvaise foi. Les Juifs, possesseurs d’un texte original dont ils n’entendaient plus la langue, frappaient d’anathème une version qui n’en rendait que les formes extérieures et grossières. Les Chrétiens, contents de ces formes que du moins ils saisissaient, m’allaient pas plus avant, et méprisaient tout le reste. Il est vrai que de temps en temps il s’élevait parmi eux des hommes qui, profitant d’un reste de clarté dans ces jours ténébreux, osaient fixer la base de leur croyance, et la jugeant au fond ce qu’ils la voyaient dans ses formes, s’en détachaient brusquement et avec dédain. Tels furent Valentin, Basilide, Marcion, Apelles, Bardesane, et Manès le plus terrible des adversaires que la Bible ait rencontrés. Tous traitaient d’impie l’auteur d’un livre où l’Être bon par excellence est représenté comme l’auteur du mal ; où cet Être crée sans dessein, préfère arbitrairement, se repend, s’irrite, punit sur une postérité innocente le crime d’un seul dont il a préparé la chute.

Manès, jugeant Moyse sur le livre que les chrétiens disaient être de lui, regardait ce prophète comme ayant été inspiré par le Génie du mal. Marcion, un peu moins sévère, ne voyait en lui que l’organe du Créateur du monde élémentaire, fort différent de l’Être-Suprême.


Forums sur : Livre de Fabre d'Olivet : La Bible une très mauvaise traduction


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit